À propos

Notre maison d'édition a pour objectifs de mettre en avant des écrivains principalement franc-comtois déçus par le système d'édition classique, de présenter des récits originaux à l'esprit positif et surtout d'offrir le plaisir de la littérature à tous ceux qui n'ont plus ou jamais eu cette chance.

C'est ainsi que les éditions COLLART ont décidé de faire paraître une version audio de grande qualité parallèlement au manuscrit.

 

Rien qu'en France, il existe près d'1.200.000 personnes malvoyantes. De plus, peu connaissent le braille qui est onéreux. Et puis,  Il y a également les gens qui ne trouvent pas l'énergie, le temps ou qui en passent énormément sur les routes, ceux qui n'aiment pas lire mais adorent écouter une histoire, les personnes immobilisées ne pouvant même pas tourner une page, celles en situation d'attente en institutions quelconques (hôpital, hébergement d'urgence, prison,...) ou encore en apprentissage de la langue française.

 

Bref, de nombreuses personnes  se retrouvent forcement écartées du circuit littéraire.

Nous, nous pensons à eux!



Un Premier livre vous est proposé:

"Le Ponceau doré"

écrit par Alexandre Collard (Poligny)

"Le Ponceau doré" est le premier tome d'une trilogie dont la trame de fond pousse en toute neutralité aux questionnements liés aux problèmes sociaux, aux tabous, à la qualité des relations humaines.

 

 


LE NARRATEUR

 

Les éditions COLLART ont déniché une perle rare en la personne de Christian Dabady. Déjà expérimenté dans le domaine du manga, il s'est adapté avec brio à un nouveau style de narration et a dépassé les espérances de la maison d'édition en effectuant les enregistrements au sein des studios parisiens "Le poisson barbu".

ET SI VOUS N'AVEZ NI L'ENVIE, NI LE TEMPS, NI LES MOYENS DE LIRE, VOUS APPRECIEREZ CERTAINEMENT LE RECIT EN VERSION AUDIO DISPONIBLE EN COFFRET (4 CD wav), EN CLE USB (4G en wav et mp3) OU EN TELECHARGEMENT NUMERIQUE (mp3).


Le résumé du livre "Le Ponceau doré"

 

Dix-neuf meurtres sans mobile ni témoin. Aucune trace, aucune arme.  Chaque scène de crime laissant apparaître la préméditation vu la particularité  très  subtile  du  choix  des victimes et de leur façon de trépasser.Un détective privé est chargé d’espionner un homme suspecté d’être un tueur en série, le Ponceau, pseudonyme argotique de « coquelicot ». Le désir de s’en rapprocher évolue à la mesure d’une admiration croissante pour un personnage aux multiples talents : écriture, philosophie, mathématiques, arts martiaux, solitude positive, mais surtout ce pouvoir de modifier la vie de tout individu à l’aide d’une simple et courte phrase.

 

Les objectifs du livre

« En arrière-plan d’une enquête rapprochant deux hommes apparemment différents, des associations ludiques de mots et d’idées laissent rapidement la place à un débat ouvert sur de nombreux sujets de société actuels. Devrions-nous nous remettre en question ? Pourrions-nous mieux communiquer, nous apprécier voire nous aimer autrement ? Pour ce premier tome, mon désir est de suggérer, en toute neutralité et avec discrétion, des alternatives en chacun d’entre nous. »

 

Les critiques

« Superbe travail de la langue française ! » (Correcteur)

 

« Beaucoup de thèmes abordés qui portent à la réflexion. » (Correcteur)

 

« Une très grande maîtrise de la langue française qui autorise toutes les fantaisies et tous les jeux de mots. » (Aurélie Tournier).

 

« Une intrigue prenante et bien ficelée où la réflexion philosophique prend peu à peu le pas sur le déroulement de l’enquête. » (Barra Khoulé)

 

La biographie d'Alexandre Collard

Né en 1973 d’une mère bretonne et d’un père d’origine mohawk (tribus iroquoise), Alexandre Collard évolue assez librement, livré à lui-même, en recevant des influences très diverses voire diamétralement opposées : passant des beaux quartiers de Bruxelles aux plus dangereux, des meilleures écoles à celle de la rue, c’est par l’intérêt qu’il porte à toute chose et par le sport qu’il se forge un caractère relativement autonome. La musique prend également une place importante au point de le voir sortir un premier album en 1999 et un second en 2004. La vie d’artiste étant peu rentable, il exercera plus d’une quinzaine de métiers en près de vingt d’ans. C’est en partie grâce à cela qu’il parle couramment le néerlandais et l’anglais.

 

Mais, une de ses plus grandes passions reste l’écriture. En effet, le gamin a toujours eu l’envie d’inventer des histoires au point d’user les touches de sa première machine à écrire dès l’âge de huit ans. Un premier récit de voyage voit le jour en 2001. Puis, c’est la recherche linguistique qui l’empêche parfois de dormir. Ce n’est pas spécialement son attirance pour l’histoire, la géographie, la philosophie, la psychologie, les langues, les voyages… qui le motive le plus à l’écriture mais bien l’état du Monde.

 

 

Comme il apprécie énormément la marche en nature et qu’il tient à faire profiter ses enfants de ses bienfaits et de la famille, c’est en août 2014 qu’il décide de s’installer dans une des plus belles régions : le Jura.

 

 

 


Les premières pages